mardi 30 juillet 2013

Potières

Aimé m'accompagne cet après-midi pour une visite aux potières à Lego (quartier d'Abomey)

Aimé H. et sa dernière fille

Les femmes sont assises tout le jour et montent à la main les pots selon une méthode traditionnelle de montage. Elles ne connaissent pas le tour et n'utilisent pas non plus la technique du colombin, montent les pots avec une grande dextérité, à la main. A côté d'elle un tas d'argile et un peu d'eau.







Elles commencent par le haut, se saisissent d'une boule d'argile qu'elles modèlent à la main en étirant à partir de la masse pleine : goulot et arrondi du pot sont formés (leurs seuls outils sont des objets usuels : gros escargots pour évider, bouts de tuyau lisse pour lisser, torsadé pour un motif, morceau de ressort pour un motif différent, extrémité d'un épi de maïs pour peindre).


Ce demi-pot est évidé à l'aide d'une coquille d'escargot qui permet de racler l'intérieur et de le rendre très lisse, puis il est posé sur le sol.



Opération identique pour former la base et l'autre moitié du pot. Elles ajustent ensuite les deux parties ensemble, les soudent avec l'argile.


Il suffit maintenant de lisser l'extérieur avec un peu d'eau et un petit bout de tuyau, ou de lui donner de petits reliefs en passant un ressort ou un tuyau électrique torsadé. Le pot rejoint les précédents qui sont exposés au soleil.



Reste à le décorer, ce qui sera fait avec des teintures végétales extraites des végétaux environnants (indigo, teck ...) et appliqué à l'aide d'un bout d'épi de maïs.
Lorsque les pots seront bien secs (... il ne doit pas pleuvoir ...) sera préparé un grand feu. De gros fagots d'herbes sèches sont transportés de la brousse au village, sur les têtes. L'herbe est entassée sur le sol, les pots alignés sur cette herbe, puis tout est recouvert d'herbes sèches qui brûleront lentement. Les poteries cuiront quelques heures dans ce feu, sous la braise. Aucune n'a exactement la même couleur : entre biscuit beurré et chocolat foncé, parfois teintée de noir, toutes sont différentes par la forme, la taille et la couleur.





Ces femmes, tellement patientes et expertes, naissent et demeurent pauvres parmi les pauvres.

3 commentaires:

  1. Sur notre sêche planète Web, on a besoin de plus de blogs dans le style du vôtre.

    RépondreSupprimer
  2. Merci de venir nous lire
    Je vais aller faire un tour sur "écritoire 2012"

    RépondreSupprimer