lundi 23 octobre 2017

Cartographie littéraire Nord-Ouest

Julien Gracq:
 
 Debout penché sur la table, les deux mains appuyées sur la carte (…) Un bruissement léger semblait s’élever de cette carte, peupler la chambre close et son silence d’embuscade .
 “Le rivage des Syrtes”

Ce petit monde des hauteurs, avec ses replats, ses portants, ses redans, ses ravins, ses arêtes monde que j’ai en vue presque à portée de la main par delà la gorge ombreuse et verticale de la rue de Grenelle, dont le fond m’est caché et d’où monte seulement jusqu’à mon balcon la lointaine rumeur de torrent est déployé, étalé, inondé de soleil comme la terrasse d’un alpage suspendue au dessus de la muraille verticale des forêts. 
Lettrines 2”

...sur ces hauts plateaux déployés où la pesanteur semble se réduire comme sur une mer de la lune, un vertige horizontal se déclenche en moi qui, comme l’autre à tomber, m’incite à y courir, à m’y rouler, à perte de vue, à perdre haleine. 
Carnets du grand chemin”

C’est toute l’écriture de cet auteur qui s’insinue dans les plis de la carte où il nous invite à nous plonger une fois celle-ci déployée . On entre dans une géographie mythique et à l’évidence poétique, infiltrée par l’imaginaire ou le rêve, et l’on arpente son grand chemin , sachant toute l’admiration qu’il vouait à cet objet vraiment magique qu’est la carte dont on il nous reste à déchiffrer les énigmes. Dans les forêts, le long d’une rivière, sur les routes des causses, au sein d’une ville, s’abreuver à cette mythologie routière recherchant de probables attouchements entre dehors et dedans.

dimanche 22 octobre 2017

Cadeau : Atlas imaginaire

« Chacun recèle dans son imaginaire un atlas amoureux qu'il compulse selon sa fantaisie.
Un atlas amoureux est forcément extravagant, illustré de cartes et de planches qui ne respectent pas toujours la bonne échelle, jouant des disproportions, surlignant certains lieux, en estompant d'autres, exaltant certains noms, en minimisant d'autres. C'est un imprécis de géographie passionnelle. Dans le mien, la Sibérie … a pris très tôt une dimension particulière. Car c'est un espace imposant … par son étendue physique et son climat extrême, et remarquable par la splendeur de ses paysages, mais aussi par son histoire, par la littérature qui lui est liée, par les noms des villes, des fleuves, des peuples et des montagnes. » (100 mots)

«  J'ai feuilleté mon atlas par la vitre du train, les pages défilaient à vive allure, elles s'enchaînaient en une narration fluctuante. J'ai décrypté les noms des villes au fronton des gares, j'ai marché dans certaines de ces villes – quelques rues, guère plus. Voyage-feuilletage, glanage d'aperçus – des fragments, pas plus.
C'est peu, et c'est tant ! Mon atlas amoureux a changé de format, il a pris la forme d'un accordéon, il se plie, se déplie, se distord, il musique des couleurs, des images, des odeurs et des bruits. » (95 mots)

Sylvie Germain « Le monde sans vous » chap. « Variations sibériennes » Albin Michel




-->

Cartographie littéraire

En écho avec la cartographie qui nous occupe, la présentation d'un texte de Béatrice Brérot,  (que certaines ont pu écouter lors de la soirée Ecrits- Studio à la Médiathèque) et le lien vers le texte en question, "dix mille êtres dedans", si la présentation vous a alléché-e-s

" J’imagine que la pensée chemine dans nos cerveaux comme nous marchons sur les chemins de la Terre. D’abord informe, elle parcourt des kilomètres entre les lisières, les côtes. Je l’imagine qui avance dans les prairies herbeuses, qu’elle se déroule le long des crêtes et s’enfonce dans les forêts, les mangroves, qu’elle traverse des fleuves, des frontières et que, influencée par l’air et le sol (fûdo en japonais : de fû, air et do, sol) d’où elle émerge, elle devient conscience et se constitue langue ".1
dix milles êtres dedans est un voyage à la source de la pensée, abordant les rives de territoires volontiers assimilés aux jardins intérieurs, au jardin des Hespérides, au paradis que chacun porte au fond de soi, profondément enfoui.
Remonter les courants, les rivières, les circonvolutions du cerveau, c’est en découvrir ses strates. C'est comme mettre à jour des couches géologiques, les écarter pour pénétrer la forêt primaire cérébrale et être témoin sans filtre, au plus près de l’origine, des possibles interactions
entre milieu cérébral et milieu naturel, de la symbiose entre les langues, les organismes vivants et la Terre. C'est une balade dans les forêts, les constellations de la pensée avant qu’elle ne rejoigne les rivages de la conscience. C'est une invite à arpenter les territoires mobiles du vivant.
Entre texte et image, dix mille êtres dedans explore les chemins du cerveau et ceux de la Terre, les structures en réseaux qui créent de véritables cartographies à la surface du globe jusqu'au cosmos en passant par nos neurones et les fines nervures d'un pétale de rose. Ces ramifications si fines, parfois invisibles, peuvent-elles relier toutes ces strates, ces espaces entre eux, et créer ainsi des passages entre territoires mentaux et territoires physiques ? Se pourrait-il que les territoires, les lieux qui nous traversent, nous habitent, se déposent comme décalcomanies dans nos corps ? Ils s’inscriraient alors dans nos langues et notre cerveau (où se loge le cervelet autrement nommé arbre de vie) et laisseraient à leur tour trace sur Terre, et dans sa mémoire, et dans son cervoTerre."

samedi 21 octobre 2017

Vous avez dit "Cartographie" ?

Depuis plusieurs jours, je me questionne pour tenter de comprendre ce qui, dans cette invitation « Cartographie », suscite tant notre imaginaire ? Ne serait-ce pas une attraction pour l'insituable patrie des rêves, de la fiction, une aimantation pour la géographie versatile du récit qui nous a réuni dans cet atelier ? Les mots en littérature se combinent, ondoient, se délient entre rêve et réalité comme au gré du vent les merveilleux nuages. Ne faut-il pas être géographe ou amoureux des cartes, quelles qu'elles soient, pour avoir envie d'explorer -en lecteur ou écrivain, même en herbe- ces intimes territoires ?

vendredi 20 octobre 2017

Liste de cartes

Ce 20 octobre, pendant la cure, les idées pullulaient se bousculant au portillon. Il y a même des textes entiers qui se sont écrits et qu'il faudra, en me concentrant, que je retrouve : comme en rêve, bien sûr, ils étaient parfaits, moi macérant dans l'eau et eux s'écrivant dans l'air, sans un mot de trop, chaque mot parfait et à la bonne place.


  • carte  à déchiffrer dans la tasse de café
  • carte sur les vitres quand il pleut
  • carte des traces laissées par les animaux sur la neige, le sable
  • carte de la glace de l'étang qui craquelle
  • carte de la maladie qui gagne ton corps, le gangrène comme le réseau souterrain des catacombes qui m'a toujours fascinée
  • carte de tes veines sous la peau que je suivais du bout de mes doigts
  • carte que les anciens navigateurs des mers savaient lire, connaissaient par coeur et suivaient comme une côte qu'on longe
  • cartes intérieures qui se projetaient dans les tapisseries et les plafonds de l'enfance, qui se dessinent dans les plis des draps lors des insomnies et contre le mur que je fixe, installée sur mon coussin de méditation, suspendue à la pointe de l'aiguille de mon souffle
  • ... et ces cartes du ciel qui se modifient à l'envie et devant lesquelles on peut rêver à l'infini … (cf « Atlas international des nuages ")
  • carte de la toile d'araignée aperçue dans la rosée
  • carte que dessine le réseau de livres quand l'un nous conduit vers le suivant qui nous mène vers deux autres encore et ceci sans fin car la vie n'y suffira pas
Et tant d'autres, il y en a pour une vie entière.

Vous pouvez continuer si vous voulez bien ...

-->

jeudi 19 octobre 2017

Cartographie littéraire Sud-Est




 
Per me si va ne la città dolente,                  "Par moi l’on entre en dolente cité
per me si va ne l’etterno dolore,                    par moi l’on entre en infinie douleur,
per me si va tra la perduta gente.                  par moi l’on va parmi les égarés.

Giustizia mosse il mio alto fattore ;               Justice a mû mon souverain auteur;
fecemi la divina podestate,                           ce qui m’a faite est divine puissance,
la somma sapïenza e ’l primo amore.           sagesse extrême et amour antérieur.

Dinanzi a me non fuor cose create               Auparavant il n’y eut nulle engeance
se non etterne, e io etterno duro.                 que l’éternelle, éternelle je dure.
Lasciate ogne speranza, voi ch’intrate”.       Vous qui entrez, laissez toute espérance.”

 Dante Chant III “ Enfer La Divine Comédie “ traduit par Danièle Robert
 

Comment ne pas songer à Dante , à l’Enfer, - car ne suis jamais arrivée au Purgatoire encore moins au Paradis – et à cette carte entonnoir menant au centre de la terre et faisant toucher du doigt l’obscur, la peur, la puanteur . Guidée par les illustrations de Gustave Doré mon esprit s’enfonçait, passé l’Achéron, des Limbes à Lucifer. Et je cherche aujourd’hui le chemin de jadis où erraient Francesca da Rimini et Paolo enlacés dans le vent ou plus loin encore dans les cercles infernaux je pars en quête du dernier voyage d’Ulysse et de la terrible histoire d’Ugolin.

mercredi 18 octobre 2017

CARTOGRAPHIE # 4.

     Du plus loin que me reviennent, l'ombre de mes amours anciennes... mes paysages tant de fois visités, autant de grottes sombres où je me reposais fourbue des délices de nos corps au retour des voyages en nos territoires interdits. Soleil brûlant des étés experts en indicibles balançant entre terre et mer entre espoirs et naufrages; ciel gris des hivers amoureux des soieries plumes caresses sur la peau carte de géographie animée en intentions vagabondes. Découvertes jardin des merveilles  aux fleurs multicolores ondoyant sous le poids des baisers au parfum de mille et une nuits soupirées. Plaisirs. Carte du Tendre revisitée.

Cartographie XXL

"Haute laine pour la savane, poil ras pour le désert, les tapis sont les atlas des enfants : chaîne et trame où se noue le destin, sous un lustre transparent qui projette au plafond sa lumière irisée.
En esprit, je me promène dans ces cartes muettes où dominait le rouge, pour retrouver les détroits que je traversais pieds nus, la terre plate et l'océan carré, les colonnes d'Hercule entre les pieds de la table.

Et sous le tapis les hommes des antipodes, minces comme un fil, qui se nourrissaient de poussières et de miettes de pain"

Gérard Macé "Filles de mémoire" Chapitre : L'invention des souvenirs  nrf Gallimard p. 39

Pour accompagner ma cure, cette lecture ... et ce matin, je tombe sur ce texte en 98 mots SVP !!!

CARTOGRAPHIE I # 3

     Ma carte leur territoire ballotée par le balancement de leurs syllabes. Aventurière sans bateau mais en mal de rivages je me les répétais les yeux noyés sur leurs abrupts qui écorchaient mes lèvres comme les littoraux sur lesquels j'abordais. Et je les apprenais en vrac même sans les comprendre puisqu' à mon oreille ils chantaient litanie douce et rugueuse à la fois ports d'attache de mon adolescence. Un synclinal un isthme le carroyage les portulans et l'astrolabe la cosmographie et la cosmogonie l'harmattan et l'estran  eux et les autres tous mes Vasco de Gama de l'Univers.

cartographie #1

#6 VOUS ETES ICI -
Je collectionne les photos « VOUS ETES ICI », dans toutes les langues, la palme revenant toujours au Chat de Gelück, où il répond : « LES NOUVELLES VONT VITE ». Ô combien ! Nous sommes tellement suivis à la trace que nous en devenons tracés, comme des poulets depuis leur naissance jusque à notre assiette, avec à présent la vidéo du producteur qui l’a « pondu ». Avant de partir à l’étranger, nous nous inscrivons sur des sites.gouv pour qu’on puisse nous protéger de loin, au besoin prévenir un proche. Il suffit de dire jour par jour JEG ER HER

Résultat de recherche d'images pour "VOUS ETES ICI"Résultat de recherche d'images pour "VOUS ETES ICI" Résultat de recherche d'images pour "VOUS ETES ICI"

dimanche 15 octobre 2017

Carte et territoire

Cartographie # 0





Bassin du château

Fief
Il faut parfois beaucoup d'efforts pour faire coller carte et paysages ...

Parc du Pilat







La carte n'est pas le territoire
Le mot n'est pas la chose
Le nom n'est pas la personne  ... et quand la réalité apparaît, sa splendeur et sa richesse me saute toujours aux yeux.

samedi 14 octobre 2017

Papiers SVP !

Cartographie # 0

La carte d'identité comme la carte géographique tend à définir le plus pauvrement possible une personne par des données anthropométriques, l'une fournit des éléments pour une classification statistique, l'autre sur un territoire. Mais peut-on dire qu'elles définissent une identité ? Qui suis-je ? Impossible de cerner cet enchevêtrement dans une embrouille de fils indémêlables. Des identités, j'en ai plusieurs. Mon nom est-il mon identité ? Que révèle t-il de mon être ? Il ne dit ni qui je suis, ni d'où je viens ou ce que je deviens, ni pourquoi je suis là, pas plus que la carte ne révèle le territoire.

cartographie à l'encre sympathique

Il m'arrive de plus en plus souvent de m'échapper, nez au vent, sans préméditation, je ne pourrais même pas dire le matin ce que je vais faire, un souffle d'air me prend par la main, parfois un rayon de soleil, je me laisse conduire en souriant. Parfois à un tournant de rue, le bonheur me saute sur les épaules, une terrasse de café me hèle, sans prévenir, je suis comme une onde ce chemin d'encre sympathique, indiscernable, je m'y glisse. Alors, terminés les « Je dois faire ! ». Je ne dois plus rien, j'erre sourire au coeur jusqu'au soir, de surprises en surprises. Tout s'emboîte, ma vie et moi faisons corps.

cartographie intérieure

Vaïnui de Castelbajac - Docteur Rorschach

Cartographie littéraire Nord-Est




Alors tous deux, penchés sur la carte, étudièrent le pays.
Julien, de son côté, s’était assis sagement auprès d’eux, s’efforçant de retenir ce qu’il pourrait. Le garde parlait, montrant du doigt les routes, les sentiers, les raccourcis, faisant la description minutieuse de tous les détails du chemin. André écoutait ; puis il essaya de répéter les explications ; enfin il dessina lui-même tant bien que mal sa route sur un papier, avec les différents accidents de terrain qui lui serviraient comme de jalons pour s’y reconnaître.
« Ici, écrivait-il, une fontaine ; là, un groupe de hêtres à travers les sapins ; plus loin, un torrent avec le gué pour le franchir, un roc à pic que contourne le sentier, une tour en ruines.»
Enfin rien de ce qui pouvait aider le jeune voyageur ne fut négligé. — Tout ira bien, lui disait Fritz, si vous ne vous hâtez pas trop. Rappelez-vous que, quand on se trompe de chemin dans les bois ou les montagnes, il faut revenir tranquillement sur ses pas, sans perdre la tête et sans se précipiter : c’est le moyen de retrouver bientôt le vrai sentier.

G. Bruno "Le tour de France par deux enfants" 1877


Il y avait des noms de lieux sur le mauvais papier de ce bréviaire républicain - Baccarat au son cristallin où tant d’hommes ont péri le 25 août 1914 avec mon grand oncle - , maintes épreuves traversées un baluchon sur l’épaule et ce mot désormais associé à ce livre. Face aux incertitudes , deux enfants sur la frange de leur vie faisant vibrer la corde de notre compassion.
Le regard aujourd’hui habitué aux images de corps en attente, dérivant sans visage entre deux côtes, sur une mer confuse et sauvage où meurent trop souvent les migrants de nos jours.

vendredi 13 octobre 2017

Cartographie souterraine de mes volcans d’Auvergnate

Tout tourne autour de moi comme lors d’un tremblement de terre mots trop longtemps couvés dans mon feu intérieur volcanisent de ma bouche alors qu’allongée je dis et que c’est difficile d’expurger couchée ne pas faire de fausse route ne pas s’étouffer de paroles dans le gosier voix blanche cendrée voix rougeoyante qui dessine au-dedans la carte de la vérité, j’ai le mal de mère. Cocculus indicus serait indiqué pour cesser d’être dépressive hystérique triste et angoissée la Terre Mère est ronde Haïti l’Italie sommes-nous si fragiles ? Obsolescence programmée mon ventre à jamais vide d’enfant a fait son temps. 

CARTOGRAPHIE # -0

Une petite échelle. Quelques km2. Un mouchoir de poche en batiste comme mon père qui en avait toujours un dans la sienne, à carreaux violet/blanc. Ils habitaient là, blottis dans un angle du mouchoir, à se tenir chaud à la même litière que les vaches, percevant dans le creux l’eau sonner, loin encore des Himalaya de ma mère. Sur le plateau, la vue s’envole à 360°, découvre le vaste monde. Un jour l’un d’eux déchira un morceau du mouchoir, s’en fit un maigre baluchon et s’en alla claudiquant jusqu'à un peu plus loin, voir là-bas si nous y serons.

mercredi 11 octobre 2017

Cartographie 1-4


Cartes à petite échelle, les courbes de niveaux révèlent montagnes, plaines et plateaux, le moindre ressaut du paysage, enchantent. Émotion du même ordre que celle qui saisit, lorsque d’avion, par clair temps, on distingue un paysage: comble émotionnel, des montagnes, enneigées, au soleil. Lire ce type de carte avec ces courbes linéaires marqués, me met dans la situation d’un enfant qui lit depuis peu, découverte euphorique d’une forêt de signes.

Cartographie 1-3

Carte de France, légitimée par l’expérience du réel, je reconnus sur la carte ce que je connaissais: alors les cartes des mondes antiques me parlèrent, d'histoires oubliés, perçus, jusque là, comme fictions. Derrière l’Iliade, l’Odyssée et les mythologies, apparurent des mondes réels, sur les cartes, des noms les révélaient, ils me font encore rêver:
Mésopotamie, Perse, Médie, Sumer, Akkad,
Assyrie, Phénicie, Chaldée, Mari, l’Euphrate,
Jérusalem, Antioche, Ougarit, Tyr, Sidon 
Alexandrie, l’Égypte, Memphis, Louxor, Karnak,
Chypre, Cnossos, la Crête, aussi Lacédémone,
Athènes, Corinthe et Thèbes, l’Ionie, la Macédoine,
l’Épire et l’Illyrie, Sarmatie, l’Étrurie,
Rome,
le Latium,
la Numidie, Carthage, Volubilis, Timgad.

Et tout là-bas Palmyre.

Byzance, le Pont-Euxin, Trébizonde, la Sogdiane,
Plus loin la Bactriane.

Les soldats épuisés aux rives de l’Indus…


Et les multiples villes nommées Alexandrie.

mardi 10 octobre 2017

Cartographie # 1 et 4

# 1

Fin de 3°, ma copine et moi avons la permission de nous rendre en vélo, camper quelques jours dans le pré devant la ferme de ma grand-mère. Penchées sur la carte IGN au 25° des environs de Vienne, nous suivons du doigt la route du Tonkin -qui l'eût cru -, touchons les maisons de Cour et Buis, première halte à mi-chemin ; traversons vite les bois où vivent des familles sales, sacs sur la tête, fabriquant le charbon de bois, pour atteindre l'embranchement. Là, le café où nous boirons un verre d'eau ; restent encore six kilomètres sur les trente avant la grande liberté.


# 4

Tous en cercle devant la mappemonde scotchée sous l'auvent de bois ; petits, grands, bariolés, bruyants, vous découvrez le monde, riez devant la minuscule France dont vos écoles vous bourrent le crâne, apprenez les pays d'Europe, les distances en même temps que je découvre où se situent exactement tous vos états africains. Nos imaginaires avaient tout transformé, la carte nous ramène à SA réalité encore plus exaltante qui n'est pourtant pas le monde. Les questions fusent, les rires explosent -vous riez tout le temps -, bousculades, les petits veulent voir. Tout l'été l'auvent sera le point de ralliement de vos yeux émerveillés.