mercredi 27 décembre 2017

Pierres collectées /1

 Rocher de la Moutière:

La mer n’était pas là; mais il y avait une île. Un îlot gris à la lisière de l’au-delà. Un grand corps de pierre empli de feldspath, de mica et de quartz. Un rocher de granite dormant au bord d’un pré. D’un côté un chemin de sable et de pierres — tu me l’as dit : il y a des jours de pierres et des jours de sable — surmonté d’un pré légèrement pentu chapeauté d’une forêt de pins. De l’autre côté – devant lui – une prairie en pente douce où poussent mousserons et roses des prés dans les bonnes années, puis la pente s’intensifie et c’est le chemin d’en bas qui suinte un peu plus loin dans la forêt où naît le ruisseau du Moulinet. Devant lui: un rocher est-il orienté ? A-t-il un dos et une face? Etant toujours assise sur cette rugosité face à la pente, le regard ricochant sur l’autre versant où s’entrelacent les mêmes silences mais que je ne peux m’empêcher de balayer d’un regard d’enfant. La paume de la pierre pétrie d’une moisson de lichens safranés caresse ma main qui hésite avec une poignée de mousse sombre et rase — tu me l’as dit: on ne gratte que des surfaces — .
Les pieds sertis dans la cupule, je reste dans cette immobilité sereine, en méditation sans le savoir. D'un regard circulaire je bois jusqu'à la lie ce paysage où mes yeux ricochent de collines d'écume en forêts de vent et de sentiers d'ombres en poussières d'étoiles, et reviennent s'accrocher aux branches mortes de l'arbre qui se tient ferme au milieu du pré, portant avec noblesse tous ceux qui ne sont plus : à leur souvenir , je baisse un peu les yeux tu me l’as dit : rien ne presse —.
Les légendes autour des cupules, ces cavités dans les gros rochers de granite, racontées avec un petit air de mystère: pierres de sacrifice où l’on immolait des hommes – enfants – en sacrifice à un dieu avide de sang…. et j’ai le souvenir de cet allongement sur la roche – une autre que celle-ci – les bras en V et le malaise qui en suivit. Les pierres liées au monde surnaturel depuis la nuit des temps: pierres levées, monolithes, mégalithes...pierres qui sonnent et résonnent…. pierres tombales…. comme un appel au dépouillement, à ce qu’il y a de plus sacré en soi...
Rocher de la Moutière, où sont celés mes souvenirs , —  tu me l'as dit: je me souviens de tout le monde même de ceux qui sont partis — dont je caresse à chaque passage la texture rugueuse et grenue, les yeux rivés vers les lointains. Îlot d’enfance protégé , bordé de nostalgie et de grandes marges de silence. Peu de choses ont changé au fil de ces années, quelques arbres en moins, quelques maisons de plus, et toujours ces grosses pierres en granite qui ourlent le contour de l'étoffe verte. Je sais que c'est là qu'est né ce regard décalé que je pose sur les espaces, sur les plis, les parenthèses, les visages et les ciels qui se consument devant moi. Sur le miroir du soir et sur les bleus des aubes.

 

1 commentaire: