mardi 10 septembre 2013

Groupement de femmes transformatrices d'afitin de SACLO (Bohicon, Bénin)


Aujourd'hui, nous nous rendons à Saclo - commune de Bohicon - ville attenante d'Abomey, en compagnie d'Emile Kpoton, retraité bénévole qui s'occupe de plusieurs ONG.


L'afitin est un condiment traditionnel utilisé dans la plupart des sauces dans toute l'Afrique de l'Ouest, extrait du Néré, grand arbre de la famille des mimosaceae (dont la feuille ressemble un peu à notre acacia) et dont les fruits sont de longues gousses suspendues en grappe contenant une poudre jaune et de nombreuses graines noires (qui - après avoir subies de multiples transformations - serviront à faire l'afitin).

* Tout est utilisable dans le néré : son bois est un excellent combustible, son écorce sert les ostéopathes, sa pulpe de laxatif, ses cosses servent d'engrais et de crépi pour les murs des cases, ses graines sont très riches en protéïnes, en fer, vitamines C limitant le scorbut et en iode contre les goitres ...

Les graines sont cuites longuement dans de grosses marmites afin de pouvoir les décortiquer (jadis cette opération était effectuée à chaud par foulage aux pieds), elles sont ensuite passées dans un premier moulin afin d'en extraire le cotylédon qui lui, sera transformé ; égouttées dans de grands paniers, elles subissent trois rinçages successifs puis un quatrième dans un récipient contenant de la bouillie d'argile de termitière. Au fil des rinçages, leur peau se dépose et seuls les cotylédons surnagent. Les quatre eaux de rinçage sont conservées et utilisées comme fertilisants dans les champs ou comme peinture. Un dernier triage est encore fait à la main et un ultime rinçage avant une seconde cuisson rapide.

Les graines de néré ont cuit de longues heures et vont passer au moulin

passage au moulin

rinçages successifs des graines

toutes les femmes du groupement participent
Les cotylédons vont maintenant fermenter pendant 48h à l'air libre (ou seulement 7h dans des caissons en bois fournis par une ONG américaine) puis être modelés en grosses boulettes. Celles-ci sont enroulées dans des feuilles de teck et nouées d'un cordon végétal,  pour être enfin vendues pour quelques centimes au marché. Attention la conservation n'excède pas les 48h !!

confection des boulettes d'afitin prêtes à la vente


Actuellement à Saclo, la fabrication connaît un stade supplémentaire. Après fermentation, les cotylédons vont subir une opération de séchage (grands séchoirs fournis par les américains), puis passer à nouveau au moulin afin d'obtenir une poudre sèche, noire, vendue sous vide dans de petits sacs plastiques. L'afitin se conserve alors environ six mois. Naturellement le prix n'est plus le même, mais en conservant les deux modes de fabrication, cela permet une commercialisation à bas prix sur les marchés et une commercialisation en magasin. Actuellement, le groupement étudie comment conditionner cette poudre sous forme de petits cubes compressés ce qui permettrait une conservation encore plus longue et un transport aisé.
Et peut-être alors verrions-nous des cubes d'afitin remplacer avantageusement  les KUB-OR dans les rayons de nos supermarchés.
Toute cette transformation prend quelques lignes d'un article, plusieurs jours de labeurs intenses, de fatigues, de fêtes, de chants, de palabres dans un petit village du Bénin.

Quelques merveilleux visages ...



Et bien sûr de prétextes à chants et danses pour tous ...


video
 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire