samedi 31 mai 2014

Cadavre délicieux (3)

 
-->
Parfois j'ai la rage, il y a un lieu sur terre que j'aime par-dessus tout, un bout de papier lu, aucune parole vraie prononcée, des nuages qui galopent dans le ciel si vite qu'on s'on demande après quoi ils courent, un fauteuil confortable, un tricot à finir, des ongles striés et cassants, un vent qui s'immisce sous les portes, j'ai appris à être froide et détachée, ça fait du bien, des pages qui volent, un grand panneau électoral, un homme adossée à un mur qui chantonne, des petits seins qui pointent, une carte du ciel et Cassiopée qui apparaît, un immeuble pyramidal qui me bouche la vue, lors du concert de Youn Sun Nah, je l'ai enviée d'avoir un tel coffre et de pouvoir sortir d'elle-même des sons aussi amples et forts, un beffroi qui sonne plusieurs fois par heure, une grande souffrance venue de temps bien antérieurs, une incompréhension fondamentale, des amies, beaucoup d'amies et quelques rares amis, des andins dans un pré, j'aime toutes les activités qui m'offrent une délivrance ou un oubli et me plongent dans l'instant pur, un énorme tas de bois rangés par gabarit et espèces, des épices sur des étagères, de la confiture de lait et des pissenlits partout, une réelle espérance et des idées en vrac, je déteste les lâches, des cauchemars, des cahiers qui s'entassent dans des caisses, des copeaux de bois, des agates, du mica, des plumes, un éboulis de pierre, de la garance et des écorces je ne supporte pas les gens qui placent leur argent au lieu de vivre, des cocotiers et Aimé appuyé au tronc de l'un d'eux, des lombrics qui font l'amour, Moriane qui me tend la main et deux grosses larmes qui roulent sur ses joues au moment où la voiture démarre, des graines de tomates et des sentiments qui s'égarent, j'ai de plus en plus de patience et de moins en moins de forces, deux femmes qui s'aiment, une assiette de mets délicieux, un champ de coquelicots, un vieux vélo avec freins sur le rétropédalage, un jacuzzi et des gauffres à la framboise, j'aime les vrais couples mais ne suis pas certaine que ça existe.


1 commentaire:

  1. superbe, j'entends à nouveau le concert de la jeune coréenne et je crois t'y voir, debout, pour une ovation, très près de la scène. et j'adore tes deux dernières phrases en rouge, surtout : j'ai de plus en plus de patience.... et puis celle des couples !!

    RépondreSupprimer