lundi 10 août 2015

Italia caduta : L'AQUILA









2 commentaires:

  1. L'écriture se faufile partout et même dans les endroits les plus inattendus. Je ne parle pas que de l'écriture alphabétiques des publicités, annonces, placardées, mais aussi de ce graphisme artificiel qui fait le décor de nos villes. J'aime y trouver la patine du temps qui passe, la géométrie, le volume, la couleur qui elles aussi écrivent l'histoire , leur histoire. C'est pourquoi j 'aime ta série de photos.
    Bien amicalement

    Roger

    RépondreSupprimer
  2. La ville d'Aquila "renascente" qui se reconstruit encore après le tremblement de terre d'avril 2009 est une écriture de ruines et de courage ; sur une des photos, on voit des clés accrochées sur un filet de protection rouge, celle des appartements détruits et qui n'ouvriront plus aucune serrure ; l'atmosphère était pesante, malgré le sourire des nombreux ouvriers du bâtiment, qui prenaient leur pause ou retournaient à leurs gravas ; je ne pouvais m'empêcher de penser que ça pourrait recommencer n'importe quand. je ne pouvais m'empêcher de penser à toutes ces villes détruites partout, aux gens qui perdent tout, doivent vivre ou survivre dans des décombres, s'ils ne peuvent fuir, et à l'immarcescible je ne sais quoi chez l'humain, qui lui fait remettre les pierres l'une sur l'autre, comme dans ce très beau livre 'le convoi de l'eau' où les habitant faisaient de même avec leurs toits, alors qu'on allait noyer leur village pour en faire un barrage. Merci Roger, je voulais accompagner mes photos d'un commentaire, et tu me permets de le faire.

    RépondreSupprimer