samedi 17 septembre 2011

Ode à la femme



Ode à la Femme



Envoûtée par ces femmes végétales, d'écorces, pommes de pin, branches, troncs, paille …

Masque d'écorce lisse de platane que l'enfant arrache de ses ongles sur le chemin de l'école et qui se détache par petites plaques irrégulières.


Femmes-fleurs – Femmes de fine toile d'araignée - Femmes brodées – aériennes – Femmes-girafes – Femmes-envol à l'image de la créatrice – Femmes africaines au fagot de bois en équilibre gracieux, aérien malgré le poids. Têtes de femmes au long cou noble que je vois se balancer au rythme des chameaux sur les dunes.


Même la scénographie est aérienne. Bousculées par le public, elles tournent sur elles-mêmes, rien ne se brise, toutes se balancent dans une légèreté de mouvement, bois qui flotte et vogue sur les vagues.


Femmes-méduses aux tissus transparents, ombrelles, tentacules, chevelures …

« Elle était d'un blanc d'opale où se perdait, comme dans un nuage, une couronne de tendre lilas... aux fins cheveux qui sont ses organes pour respirer, absorber et même aimer ... » Michelet, La mer


« La plus voluptueuse des danses, celle des grandes méduses, êtres d'une substance incomparable, translucide et sensible, chairs de verre follement instables, dômes de soie flottante, couronnes hyalines, longues lanières vives toutes courues d'ondes rapides, franges et fronces qu'elles plissent, déplissent ... » Valérie, Degas, danse, dessin



Texte inspiré par l'exposition du travail de Natô que vous pouvez voir au n° 1 de la rue Brossard à Saint-Etienne

2 commentaires:

  1. oui Degas... légèreté et force ! (force paisible, pas de violence.. du "poids" au sens énergie...)dans les oeuvres exposées et dans ce texte-commentaire-poésie sublime

    RépondreSupprimer