jeudi 22 septembre 2011

retour à l'effacement...






retour à l’effacement

à l’indétermination


plus d’objectif

plus de désignation


sans agir

sans choisir

revenir aux secondes

cascade sans bruit

îlots coulants

foule étroite

à part dans le foule des environnants


habiter parmi les secondes, autre monde

si près de soi

du coeur

du souffle

perpétuel incessant impermanent

train égal vers l’extinction


passantes

régulièrement dépassées

régulièrement remplacées

passées sans retour

passant sans unir

sobres

pures

une à une descendant le fil de la vie

passant...



henri michaux

«poteaux d’angle»


4 commentaires:

  1. je m'en fais mienne de cette ode... passer sans trépasser mais dans l'effacement, mieux vaut ainsi ces temps. comme une ardoise! oui! une ardoise d'une rivière de Venosc à qui je dirais "salut" de notre part, d'accord?

    RépondreSupprimer
  2. retour à la réalité
    à la détermination
    objectif :
    vivre encore
    nommer les morts, caresser les vivants
    agir
    choisir
    s’assagir
    laisser couler les secondes
    s’étourdir du bruit des cascades
    dériver loin des îlots de nœuds coulants
    se défoulant au large
    de larges paysages
    si loin si proches
    des environnants
    de l’enfance aux aguets

    habiter parmi tous les instants de ce monde
    arbitrer son souffle
    abriter son cœur
    à la flamme de l’étoile qui meurt
    se délester chaque seconde
    du poids des mots
    du choc des photos
    regarder les trains qui passent
    avec le regard égal de la vache
    un instant distraite de l’herbe de son pré
    en prendre un de temps en temps
    en prendre un qui prend son temps
    régulièrement s’arrêter
    aller jusqu’aux confins de sa peine
    de sa joie
    du fil de sa vie
    de sa poésie

    RépondreSupprimer
  3. ce soir seulement je découvre la beauté de ton texte, ode en miroir à celui de michaux, son versant optimiste..et je regrette qu'il soit demeuré pour moi commentaire caché si longtemps

    RépondreSupprimer
  4. ça permet ainsi de redécouvrir des trésors cachés (en toute modestie !!!)et avec le temps, ça me plaît aussi de le redécouvrir.

    RépondreSupprimer