samedi 14 avril 2012

ESSAI. IV. UNE VILLE.

Elle dit qu'on est en haut très loin. On marche sur une petite place, dans un village jaune, démuni.
Elle dit aussi qu'au loin il y a un restaurant avec des femmes dessinées, des inscriptions sexuelles.
Et je l'écoute. Le temps est simple. Je suis dehors.
Ses mots, c'est comme une musique sans paroles qui sort de sa bouche, c'est presque rien, une perle turquoise , une petite lueur où sont brodés des adjectifs qui tourbillonne, tentaculaire au- milieu des collines.
Elle dit encore: Je vais au loin dans une grande ville du centre là où les raffineries plombent le ciel du soir moderne et beau, lave et volcan.
Je suis dehors. Le temps est simple.
Ses mots s'envolent dans le bruissement de la nuit.
Ce n'est pas autre chose, guère autre chose qu'un vibrato sur le cuir du vieux crocodile rouge sang qui gît flasque et détrempé sur la fange de nos solitudes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire