mercredi 23 mai 2012

là où l'on lance le pas


Ce que l'on nomme chemin, trajet, itinéraire - c'est à dire là où l'on lance le pas – n'est rien d'autre qu'un sillon creusé, à intervalles réguliers, depuis tant de temps ; et , même si on voulait en rester au premier regard, dans cette ville là, c'est quelque chose d'impossible : comment retrouver le premier regard pour la ville où l'on vit...
S'obstiner, creuser, attendre. On finit par avoir le vertige de se trouver face à la lumière vacillante au vent de la nuit, sans savoir ce que l'on joue, au milieu de nulle part, et vouloir prouver juste qu'on a vécu, quand le temps s'accélère et, avant que notre ombre qui n'est pas électrique, disparaisse comme s'il s'agissait d'une lueur d'huile provenant d'une lampe d'astrakan. 
Alors on passe de rues en places, de fenêtre en fenêtre, on regarde par la porte ouverte dans les cuisines où – autrefois – on apercevait le foyer sur lequel des poêlons et des grosses marmites mijotaient et où – aujourd'hui – ne retentissent que les alarmes sèches de micro-ondes qui ne réchauffent guère  les souvenirs.
Reprendre son souffle, écouter ce que l'on n'entend plus et qui  pourtant longtemps nous a bercés, jeter quelques tendres murmures sur la ville qui doucement s'endort, se tenir au bord du précipice, l'émotion greffée dans le regard, méditer sur le pourquoi de mourir en hiver et puis, sans une hésitation – et le chemin ne serait-il pas qu'une suite d'hésitations – , fuir les impasses et se planter à un carrefour avec une envie de poursuivre  : être debout sur la route dans le jour commençant et fixer l'horizon.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire