dimanche 7 avril 2013

ROUGE NOIRE passe et manque.

Ce que je voulais c'était un vrai livre
et des listes de voyage
Ce que je voulais c'était du ROUGE
un cache pot, un pantalon
des tomates cerises double
ROUGE
un décolleté, une paire de collants
des petits livres ROUGEs
un bouchon de coca
une attitude sur le canapé.
Ce que je voulais c'était écouter autre chose
Je me grattais la tête en apprenant mes leçons d'histoire
dans un vrai livre à couverture ROSE, en écoutant en boucle
Quoi ?
sur la radio enregistreuse, ça crachotait velu.
Un tableau ROUGE sur lequel est écrit JAUNE
des verres, du jus de pomme cassis
Ce que je voulais c'était des disques NOIRS, avec des musiques de NOIRS chantées par des BLANCS ou des NOIRS dans des pochettes NOIRES et ROUGE
des variations, des manoeuvres, des échappements
Ce que je voulais c'était m'échapper du monde

"le singe blanc ne quitte pas des yeux
la gorge blanche de la dame"

Je voulais de vrais mots NOIRS et ROUGE dans de vrais livres
je voulais de vraies musiques avec de vraies croches et pas seulement des BLANCHES et des NOIRES
dans de la vraie vie avec de vrais morceaux dedans
qui m'en ferait voir de toutes les COULEURS
Un disque de Patti Smith, un livre de le Clezio, Le Procès Verbal
des textures âpres
des sensations à jamais aggripées
"des disques de drônes travaillant à l'érosion des contours"

Le singe blanc offre des fruits

J'ai rangé la cravatae fine et la chemise blanche
J'ai rangé la musique qui ferait pleurer
Ce que je voulais c'était être Patti Smith
mais la place était déjà prise

la phrase en italique est extraite du recueil de poèmes de Paul Verlaine.
Quelques jours plus tard, je rencontrais une dame qui travaille avec la petite nièce de Paul Verlaine. Elle dit que dans leur famille, Verlaine est tabou, toujours la honte...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire