vendredi 27 juin 2014

Cadavre délicieux (4)



J'irai jusqu'au bout comme toujours, il y a des tomates en fleurs, partout ailleurs le sol craquèle, des bruits de voitures, des coups à la porte, une mâchoire qui craque, je sais bien que ça ne sert à rien, il y a du pain sec, un verre de vin, des boutures dans une bouteille, une diète d'un jour, des azalées désséchées, une serpillière au soleil, j'ai de plus en plus souvent le rouge qui monte aux joues, il y a du persil dans les trous de nez, de grands pieds déchaussés et une perruque blonde sur le sol, un chat qui se roule dans la terre et un hamac deux places, j'aurais aimé que tu me répondes, il ya aussi des morceaux d'ongles, un savon fondu, une courge qui commence à pourrir, de l'herbe qui pousse dans la baignoire, j'ai bien décidé que cet été serait le bon, il ya le chat noir, le gris et même le rouquin, le cerisier et le lit tout au bout du pré, une grande voile blanche qui flotte dans le jardin, et la chaleur, la bonne chaleur, je m'envole, des coquelicots se balancent le long de la voie ferrée et un grand lilas passe par dessus le mur, il y a des pots cassés, des cris, j'ai rencontré Lionel au Lidl et j'ai réalisé que c'était grâce à lui que ce groupe existait, il y a des miettes de tabac au fond de tes poches, une énorme lune dans le ciel, des kiwis qui macèrent dans le sucre, un drap qui claque, des idées endormies, une tendinite lancinante je ne m'ennuie jamais et j'ai du mal à comprendre ce mot, encore du vent dans les idées et l'orage qui gronde, un château hanté et Eliote qui chasse les dragons, ma soeur – la pute ou la voleuse – demande mon beau-frère, j'aime penser aux années passées mais je n'aime pas retourner dans les lieux que j'ai jadis aimés, des vaches dans un pré, une porteuse d'eau, deux tondeuses, la seconde servant de réservoir à pièces pour réparer la première, un récupérateur d'eau, une femme qui monte la rue en courant, une assemblée générale et trois briquets, j'aime accrocher la photo de mes auteurs préférés face à moi dans mon bureau et réfléchir en les regardant dans les yeux, une statue et un masque africain, des pratiques culturelles, une église fermée, une aveugle et son chien noir, un coup de fil bien opportun, un jour je n'aurai plus peur de rien.

Il y a aussi

des cristaux



des séracs


... et des renoncules sauvages
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire