vendredi 31 mars 2017

La fillette aux oreilles de silence

Devant la devanture s'arrête la fillette aux oreilles de silence. Son voisin, un homme aux oreilles ciselées, n'est autre qu'un pompier, toujours prêt à étreindre sa bouche d'étincelle.
La fillette écrase son nez malin sur la vitrine, fixant intensément de ses yeux de fer ce qui se passe à l'intérieur.
Elle observe tour à tour un indien aux mains de crocodile, une fille grande comme une basketteuse, un grand type habillé comme un croque-mort et aux mains immaculées.
Tout au fond de la pièce, elle voit son amour aux épaules monastiques remuer les lèvres ainsi que d'autres usagers aux pieds besogneux et taurins, d'autres aux chevilles ouvrières. Ce qui se passe dans ce magasin réaffecté, elle n'en a pas la moindre idée. Ses oreilles de silence ne lui laissent pas entendre la symphonie crapoteuse qui se joue là. Ses oreilles immaculées du péché lui rapportent un silence épinglé de mouches et farci de secrets.
Elle voudrait entrer, se jeter dans les bras de son amour au front des Dardanelles; lui faire comprendre ses sentiments de métronome. Une femme aux mains de coquille s'interpose devant sa vision. Elle est corpulente comme une dame pipi vissée 24/24 sur son siège. Sa bouche berchue laisse échapper des gerbes d'étincelles appétissantes. C'est alors que l'explosion se produit. La fillette béé de la bouche le pompier toujours prompt déclenche sa lance à incendie portative et entre en trombe dans le local éphémère déjà presque réduit en cendres.
Je vous l'avais bien dit que ça sentait le mazout ! crie quelqu'un à la voix de crécelle enfumée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire