vendredi 14 novembre 2014

impasses, chemins, mouvements du monde

Sur la toile
des nombres et des codes des zéro et des uns
des lignes de chiffres simples apparaissent disparaissent
 colorées ou grises
Ce sont les chemins de l'information où se bousculent des cris...
des dominés
des enfants noyés dissouts sur une table chirurgicale pour une banale appendicite tués par une balle perdue
des filles des femmes violées stérilisées assassinées
des villes qui tombent
des corps mis en quarantaine
des prisonniers du virus dont on ne parle plus
des viandes-poisons avariées asticotées
baleine échouée sur une plage de Camargue
des buts marqués manqués
des matchs à égalité
des ventes privées point com
des inondations de la boue
Des conversations des malversations
Derrière la toile dans les pages les plus éloignées sur les chemins les moins visibles de l’information...
le robot a repris sa liberté après vingt ans d’emprisonnement dans l’espace il a oublié de s’ancrer et gambade loin des regards
 un quartier de Fortaleza un village d’Autriche ont  leur propre monnaie dissociée des taux bancaires une monnaie  générée par la richesse des échanges entre des producteurs locaux et les habitants
 une schizophrène  du passé canonisée quand d’autres expérimentent la nouvelle molécule chimique
des jardins partagés  sur les toits des villes
de la pluie dans le désert
L'enfant crie Au Feu et sauve ses sœurs sa mère 

Le mouvement du monde bafouille se répète  à l'identique grelotte et s’échauffe
le mouvement s’ouvre sur une prairie se referme sur l’infamie 
parle peu des femmes sinon comme choses 
parle peu des enfants sinon comme victimes 
le mouvement du monde.... Encore

2 commentaires:

  1. Bouh ! Que ce manège qui se répète chaque matin, chaque an est débilitant. Il n'y a peut-être plus que la science pour nous donner un peu de rêve (Philaë à 500 millions de kms, E Klein et ses chroniques, le mathématicien de l'Adour caché dans son village) et ne pas tourner en boucle

    RépondreSupprimer
  2. c'est très très beau .. j'adore ton texte !

    RépondreSupprimer