mardi 11 mai 2010

La saison dévastée


Le ciel
horizontal.


Un oiseau sur le fil invisible
du rêve.

Tout est trop loin de moi.


Paysages en éclats, arches
démises du présent

- blessures.


J'effacerai du jour jusqu'à ma voix.



Claude Esteban : "Le jour à peine écrit" La saison dévastée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire