mercredi 25 août 2010

Les choses de ma chatte (ben quoi ?)

Depuis quelques jours, je boite, je claudique
...........................................
Revenant à son tour du jardin, décidément lieu dangereux,
hier soir, ma chatte boitait aussi
à choisir entre les différents moelleux  (canapé, fauteuils, lits, table à repasser, 
table de la "salle à manger")
c'est dans mon giron que ma chatte ronronne, sur mon origine du monde.
Je passe ainsi de longs moments, mes doigts dans sa fourrure argentée, 
à ne rien faire d'autre que la caresser, de mes mains écailles-de-tortue 
Vieilles filles entre elles
qui réconforte l'autre ?
Soudain elle se redresse et me regarde droit dans les yeux
c'est si intense et pourtant si indéchiffrable
elle se tait, je voudrais savoir, je scrute son regard
et son regard sentencieux me dit
"tais-toi et caresse"

5 commentaires:

  1. Je ne ferai aucun commentaire!

    RépondreSupprimer
  2. Peut-il y avoir des commentaires?

    RépondreSupprimer
  3. Oh que si! moi j'ai un commentaire à faire: à cette lecture je propose deux hypothèses: MPB a fort bien interprété le regard de la chatte: donc il ne s'agit pas d'une chatte mais d'un chat! (j'en connais plus d'un et une qui ont donné la pilule à leur chat pendant des années croyant qu'elle avait deux tt, deux tt comme noisettes dont dailleurs l'invisibilité chez certains spécimens mâles est proportionnelle au besoin qu'on s'occupe d'eux. Eric Zeymour a dailleurs écrit un deuxième cri d'alarme sur la féminisation dont sont victimes les chats mâles dans les mains de leur maîtresse!)
    deuxième hypothèse: il s'agit bien d'une chatte et là nous avons à faire à une chatte psychanalyste dont la claudication n'est qu'une ruse pour faire opérer le transfert, mais son regard explicite montre alors qu'elle s'embourbe elle même dans le contre-transfert, à mon avis le divan est trop moelleux, il faut alors en changer... de divan, de chat, ou alors de sexe c'est peut être plus économique....

    RépondreSupprimer
  4. Un jour j'avais offert à ma soeur collectionneuse de chats, un livre intitulé la chatte et la psychanalyste. La psy en question demandait à ses patients si la présence de sa chatte les dérangeaient ; certains répondaient oui, d'autres non. Il arrivait quelquefois que la chatte aille s'asseoir sur la partie du corps où le/ la patiente avait mal mâle, et même malle. Bon je vous quitte c'est l'heure de l'Onfray

    RépondreSupprimer
  5. très joli !
    à te lire je peux imaginer chaque geste, chaque regard

    RépondreSupprimer