mercredi 21 novembre 2012

[les]faux haikus [de Grandglaïeul]


1/ Bouquet d'étoiles survolées
    d'oies sauvages.
    L'une est ensanglantée.
                                                          
                                               2/ Trois oies se sont perdues
                                                    dans un bouquet d'étincelles.
                                                    Mais où donc est passé Nils ?

                 3/ L'Automne survient.
                   Alors commence la migration
                   de courageux oiseaux.

4/ L'ombellifère séchée
    porte des fleurs vivantes
    en forme d'oiseaux.

                                               5/ Le parasol s'incline
                                                   en retenant ses tiges,
                                                   que fleurissent les oies sauvages.

                                      6/ Quand passent les cigognes
                                 l'ombellifère s'émeut
                                 de tant de bruissements.

7/ Cinq  nous sommes ce soir
    à regarder l'ombellie,
    et agiter le stylo.

                                               8/ Bip aime les chats,
                                                   mais Solange les craint,
                                                   et le décor de Nato est superbe !

                       9/ L'ombellifère d'étoiles a ressurgi
          d'un vieux tronc étoilé de rouge                                                         
 qui a déteint sur une oie.                                            

10/ Quand l'oie rouge s'est posée
      sur le parasol d'araignées
      des amanites ont poussé sur le vieux tronc.

          11/ Du puits sans fond émerge une ombrelle.
                                      Des oies sauvages s'y posent.
                                                           Où s'en vont-ailes ?

                                               12/
                                   Une oie, deux oies, trois oies, c'est toi,
                                               qui l'a blessée, ensanglantée,
                                                           les a forcées à se  poser
                                                                       ETERNITE ...                       

2 commentaires:

  1. Les quatre dernières me plaisent beaucoup

    "Mot de passe
    ne te casse pas la patte
    et viens te poser
    avec nous
    à la brise"

    RépondreSupprimer
  2. ah oui, moi aussi ! la dernière avec eternité est spendide

    RépondreSupprimer