vendredi 30 novembre 2012

Feuilleton de l'objet (2) "la courbe, la guirlande et l’ondoiement"



  • b) Plus tard, seconde période, on élargira le cercle et on s’ouvrira justement aux êtres vivants, à la Nature, aux arbres, aux animaux, aux coquillages ou alors on s’enfermera dans le conventionnel, le noble, -par exemple, on s’attardera sur les armes, les trophées de guerre, les flambeaux et les lustres, les bijoux et les dentelles, bref, sur ce qui distingue les sujets, preuve qu’on ne les abandonne pas tout à fait.
A cet égard, n’oublions pas de signaler, dès maintenant, dans le domaine des Beaux-Arts, l’importance du style Art nouveau (abusivement nommé Modern Style) : il s’oppose farouchement au système industriel et aux lignes droites. Horreur de la machine qui répand la laideur et la série ! D’une part, on la cache (le camouflage), d’autres part, on diffuse ce qu’on tient pour le seul « poétique » dans le cadre urbain, c’est-à-dire, des fleurs et des feuilles ; la vie se dresse contre la fabrique ! On ne cesse de blâmer la marchandise standardisée et lourde (qu’on songe aux moulages de fonte !). On intègre les plantes, on s’inspire des animaux, ou même du corps de la femme ; on privilégie, à tout prix, la courbe, la guirlande et l’ondoiement (Gallé, Lalique, Majorelle, Guimard, sans oublier les maîtres, Ruskin et Morris).
On arrêtera difficilement ce mouvement protestataire et l’art décoratif qui suivra n’y réussira d’ailleurs pas : en dépit de son néo-classicisme et de son retour à la géométrisation –arabesques de fer, frises, appel aux matériaux nobles et notamment aux bois exotiques, -il stylisera plus qu’il ne se dispensera du modèle naturaliste ou floral.
On nous éloigne toujours de ce qu’on juge « trivial » ou « ordinaire » ou « utilitaire ».

La semaine prochaine : c) : « le parti pris des choses » : vivement !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire