dimanche 18 novembre 2012


Une fleur séchée
Illuminée du rouge
D'une grue d'origami,

Fait la lumière du temps.
___________________

Sur la table, où répond
Au rouge de l'oiseau,
La couleur rouge du vin dans les verres,

Les oiseaux de papier plié semblent
Picorer les graines de l'ombelle sèche

___________________

Le vase de carton
Comme un canon dressé,
Crache un feu immobile,

Image figée, ailes ouvertes
D'oiseaux prêts à s'envoler

___________________

Le ballet des grands oiseaux
Rosi de leur plumage,
Immobile, arrêté,

N'évoque rien,
Sinon le rêve.

___________________

Sur le vase,
Des étoiles répondent
Aux étoiles des fleurs sèches

En un jeu de lumière,
Lumières multipliées.
___________________

De quoi ai-je l'air,
À contempler cet objet sec,
Et ces oiseaux d'origami,

D'un papier plié?
Peut-être?

___________________
De quoi ai-je l'air,
À contempler ce vase de carton
Et cette fleur séchée.

D'un bouquet sec?
Ou d'une bourrasque frêle?

___________________

Qu'est-ce que j'attends,
Immobile à contempler
Ces oiseaux de papier.

Qu'ils s'envolent?
Qu'en esprit, je les suive?

___________________

"Méfie-toi de son costume rose et voyant."
Dit une oiselle à l'autre.
"Et de ses belles manières.

Ce mâle n'est pas fiable."

___________________

"Je le connais."
Dit la seconde à l'autre.
"C'est le cousin, d'un copain de ma belle-sœur:

il est con!"

1 commentaire:

  1. très touchée par la beauté de vos tanka,
    les tiens, ceux de marie-pierre et de vous tous,
    encore plus peut-être parce qu'ils me révèlent d'autres reflets, les multiples facettes de ce petit ikebana que j'ai fabriqué
    merci

    RépondreSupprimer