jeudi 21 février 2013

gestation, éclosion, expiration


Il y a la cacophonie des métiers à tisser, des ouvrières-tapissières
Il y a les blessures de chair, l’adoption, les noëls, les anniversaires
Il y a les matins d’hiver, les bras de la fillette
Les matins d’été, abandonné dans l’herbe des pâturages
Les soirées d’automne, délaissé au fond de la mallette
Les heures printanières, à se disputer ma préférence.

Il y a l’entracte, l’oubli, la lassitude de la peluche, l’usure du je
Il y a les enfants qui grandissent, les déménagements, la poussière
Il y a les jeux de tortures, les disputes, le temps qui découd la vie

Il y a une parole confiée au silence, que l’ombre nous transmet
Il y a le souffle marqué à l’encre brune qu’une seconde suffit à suspendre
  Il y a l'éternité de chaque matin que l'absence nous envie






1 commentaire:

  1. Il est vraiment très senti ton texte et si l'on pouvait considérer qu'un ourson en peluche est un animal (ce qui n'est pas le cas) tu aurais réuni TOUTES les consignes des 2 ateliers précédents Trop fort

    RépondreSupprimer