lundi 10 août 2009

La fable des ombres



comment les mots les plus simples
dévoilent soudain la lumière

le saurons-nous jamais
nous n'apprenons à vivre

qu'avec le murmure et l'éclat
des pluies sur les toits à lucarnes

ou le frisson du vent dans l'ombre
comme une source ou comme un baume

et quelle voix surprise à l'aube
nous invite à nous recueillir
dans l'attente des lointains
ouverts sur l'infini des deuils

Jean-Claude Pirotte "Passage des ombres" (La Table Ronde)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire