jeudi 22 octobre 2009

Plages


Mes plages d'Agnès sont moins nombreuses que les siennes ; il faut dire qu'elle a 80 balais et quelques balayettes et qu'elle a commencé à les collectionner dès le ventre de sa mère, ce qui est loin d'être mon cas.
Plage de Toulon des galets pour une première rencontre, inoubliable de marins à pompons.
Plage de Crète, octobre 1978 et je continue d'écrire sur ce cahier acheté à Hania. Un petit fleuve y avait son embouchure, et pour le reste l'éternité retrouvée d'Arthur. L'éternité du vide et de l'immensité, pas le moindre bateau à l'horizon ; une encoignure de grotte pour écouter le ressac, regarder le bleu et se protéger du soleil à pic. Une plage oasis, pour la paix qu'elle procurait et la verdure dispensée par la rivière en bout de course, ruban vert au pays des pierrailles. On disait : "la Haute Loire nous manque".
Plage immense 360° de Trousse chemise ; j'écris une carte postale à Lionel après avoir lu Montagne Noire. Plage rose interdite de Budella en Sardaigne, les gens "volaient" le sable. Plages nudistes de l'Atlantique, Plages noires de monde, folie estivale de la Méditerranée.

Plages du Nord : Novembre 2006, Brighton. Presque impossible de tenir debout. Le vent souffle de partout.
Novembre 2008, La Haye.C'est la nuit, lumières de luxe qui clignotent dans le lointain. Ai pris le bus jusqu'à son terminus, accompagnée d'une vieille dame indigne très belle qui allait jouer au casino.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire