jeudi 29 avril 2010

Dictionnaire : lettre D


Couchée sur la dune je suis la danse arquée des voiles colorées défilant sous le vent.

La mer dans sa régularité répétitive et monotone me berce et vide lentement mes pensées. Mon rythme interne se branche peu à peu sur le sien qui a le pouvoir de dissoudre les tensions, défiler la bobine des pensées, détricoter l'angoisse pour les remplacer par sa propre liquidité qui fluidifie l'esprit. Les vagues défilent sans interruption, en file indienne, se courent après essayant inlassablement de se rattraper pour venir s'échouer en voile de dentelles frangées et écumantes. Envolé le dard de chalumeau des pensées enfermées qui taraudent et rongent.

Je suis parfois distraite par la claque du ressac qui se retirant laisse pendre la robe mouillée des varechs sur les rochers déchiquetés et révèle les multiples dards des oursins à mes pieds.

Les vagues roulent sans fin, s'amplifient, s'émulsionnent ; dans leur mousse crèvent et s'apaisent toutes les émotions. La mer ressasse pour moi, devant elle je peux enfin cesser de ressasser.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire