lundi 19 juillet 2010

Frissons




L'épaisseur d'un silence emplit l'espace du jardin assourdi de soleil; on rêve d'un rideau d'ombre, d'une lumière ambrée, qui tisserait un voile de frissons.

4 commentaires:

  1. on dirait du Savagnin, comme c'est bon !

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connais pas Savagnin: éclaire moi!

    RépondreSupprimer
  3. je pars cet après midi dans son pays, je t'en dirai plus alors
    quelles belles choses tous ces jours-ci

    RépondreSupprimer
  4. Je ne sais pas non plus qui est Savagnin mais tes photos sont aussi splendides que tes textes, et ce n'est pas peu dire. A quand un livre que tu illustres ?

    RépondreSupprimer