lundi 21 novembre 2011

matières de rêves

Maman crache des mots Sur le chemin, dans les herbes, près des bois elle menace courir à perdre haleine, avec joie elle a la maladie d’Alzheimer Une autre nuit avec un ami inconnu. Abricots salés Ananas. Ils veulent garder les enfants, plusieurs jours, elle ne veut pas Deux visages, le même jeune et puis celui d’aujourd’hui Elle se sent impuissante, pour elle, pour eux le visage jeune a davantage de cernes.

ils acceptent mais n’ont pas envie de partir avec l’oncle et la tante De l’eau, trop elle les abandonne au désir des autres, en pleurs. L’eau déborde sur des roches glissantes, sauter pour se sauver jusqu’à une grotte sèche, l’eau tout autour. Départ du feu. Il fait très chaud Maman ne bouge pas le matelas, les vêtements, un chien, s’enflamment.

En Inde, un grand ashram magasins de souvenirs Ils marchent Il a mal au genou, ils rient. retrouver des trésors cachés dans nos vies antérieures Où sont les enfants ? Courir encore main dans la main avec le garçon, il arrache une grande gousse de vanille fraîche.

Angoisse Passage aux caisses Voie de chemin de fer Une colonie de bambins apparaît. L’éducatrice du supermarché les ramène à leurs parents. Ville du nord de l’Europe aux allures italiennes gare lointaine, petites montagnes, vallées herbeuses c’est compliqué de trouver la gare routière, de comprendre les horaires rejoindre la station, vite, pieds nus les enfants et leur père sont sur la voie du bas, ils montent dans le dernier wagon maintenant elle a remis ses chaussures. leur train démarre. In extrémis, elle saute dans leur compartiment.

Un homme kangourou dans un magasin de bonbons Une grue : ils s’élancent tête première, rebondissent avec l’élastique. un chaton sauvage a pris le doigt. Un petit morceau de chair est arraché. Des fourmis, partout, comment s’en débarrasser ? Plateau repas : du pain, un yaourt De grands couloirs éclairés au néon Boules de glaires et de bouillie de riz, dans la bouche, régurgités. Répartition des prisonnières. Elle reste en recul avec une autre fille Ranger des étagères. Débarrasser les vieux habits Elles sont dirigées dans un ancien bâtiment sombre, sale, glauque le patron dit d’en garder quelques-uns : les gens aiment bien les vêtements « vintage » dans la cellule : une baignoire entre deux couches, deux garçons, trois filles elle se dit qu’elle devrait commander des habits neufs. elle pense qu’ils ne pourront pas se laver. Maman ne parle plus.


plusieurs rêves notés puis découpés et recousus, en italique un rêve en normal un autre, quand un point termine une phrase c'est que le rêve (en italique par exemple) est terminé et on continue (en italique tjs selon l'exemple) sur un autre.

2 commentaires:

  1. tu as trouvé ton rythme,
    un souffle fluide,
    des images fortes portées par des phrases courtes..
    (le préambule en-tête me semble être une barrière entre le lecteur et le texte, une explication trop tôt donnée et qui bride un peu l'imaginaire .. pourquoi pas à la fin ?)

    RépondreSupprimer