lundi 22 octobre 2012

CHAUFFERETTE ! QUEL METIER !

Mon métier est un métier d'homme.
Le ventre chargé de braises, les joues rouges, flambeur comme un coq dès que l'hiver approche... J'en suis  de brûler de désir pour des pieds... petits, potelés, effilés, légers comme la plume au vent ou bien, bien en chair, roses et lourds comme les seins de la femme qui me les offre.
Lécher parfois les audacieux qui essaient de s'aventurer sous mon couvercle pour voir de quel bois je me chauffe puis reprendre mon souffle avant que d'exploser en grappes d'étincelles et apposer sur une peau tremblante les stigmates de mes sentiments.
A brûle- pourpoint, qu'il est agréable d'être chatouillée par la laine vierge d'une chaussette ou caressée par la peau nue et soyeuse d'une jeune femme se réchauffant le corps et le coeur. 
Les cinq heures du soir ont sonné à l'horloge, sa jupe longue en laine rêche cache son désespoir amoureux qui balance ses pieds sur mes flancs déjà tièdes. Je reçois sa tristesse, je cueille son désarroi. Elle veut écire à son amant perdu. Sa plume vide glisse sur le papier froissé. Pas un mot ne traverse son corps juste deux petits pieds qui se battent, se cherchent, s'essouflent, s'agitent effarouchés puis de plus en plus vite sur mon dos tuméfié.  
Alors dans un élan d'amour incontrôlable j'inonde sa jambe malheureuse de ma tendre chaleur, réparatrice des coeurs brisés.
Dieu quel métier! Mais que j'aime les femmes!

1 commentaire:

  1. on s'est planté(e)s !ça pourrait bien être aussi un métier de femme ! et comment !
    bon, je me suis permise de rajouter les libellés "chaufferette" et "autobiographie des objets"

    RépondreSupprimer