vendredi 7 décembre 2012

Feuilleton de l'objet (4) : le fonctionnel, le futile, le tarabiscoté

Il s'ensuit alors une conséquence importante : il convient alors de procéder à leur décrassage, à leur dépoussiérage, parce que ces objets ne reviennent qu'avec des enduits ou des masques humains. On leur prêtait une 'âme' alors qu'on doit se contenter de leur surface "nette, lisse, sans éclat louche ni transparence... Les objets perdront peu a peu leur inconstance et leurs secrets, renonceront à leur faux mystère, à cette antériorité suspecte qu'un essayiste a nommé 'le coeur romantique des choses'."
Or, la philosophie n'a pas échappé à cette loi des trois états, même si elle donne un sujet plus élaboré que 'l'homme' ou la 'conscience', c'est-à-dire 'la pensée' ; elle aussi se tourne assez peu vers la fabrication, surtout celle qui nous vaut le fonctionnel( l'ustensile) ou le futile (la camelote) ou le tarabiscoté (les ors, les placages, les laques) ou la copie (tant dévalorisée).
Ces trois étapes prouvent donc que l'objet n'émerge que tardivement et de façon douteuse. Le philosophe n'est que trop porté à l'oublier ou à le dédaigner.

prochain épisode : chercher l'humain dans l'objet

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire