jeudi 28 avril 2016

Se saisir des petits riens

coeurs de Marie
Ma douce, avoir 60 ans, qu'en penses-tu, est-ce un petit rien ?
Les petits riens de la vie, tu es toujours prête à tous les affronter, et même les gros malheurs. Pour toi, rien n'est insurmontable et la facilité n'est pas ton lot de chaque jour. Ta devise pourrait être « Si l'épreuve est dure, le succès sera grand » tant je te trouve courageuse. Avec un coeur grand comme une maison, tu surpasses ton homonyme, la Soubirous dont Zola disait – mais en fait il parlait de toi, j'en suis convaincue - « Ses beaux yeux de visionnaire où, comme les oiseaux dans un ciel pur, passait le vol des rêves ». Alors, des rêves parlons-en, des rêves immenses faits de petits rien que tu sais tricoter dans ta vie, dans tes textes si émouvants. Rêves de départ, rêves de poissons de lune bleus, rêves de petite fille dans les champs et d'une maison quelque part en Haute-Loire. Depuis que je te connais, je ne cesse d'admirer ton courage, la joie de tes yeux bleus, l'élégance de ta vie, tes émerveillements de petite fille et ton coeur si vaste. Tous ces petits riens que tu sais saisir et transformer en pépites : un sillon labouré dans la brume d'un matin d'automne, un après-midi de silence partagé sous la glycine, un chat sur un mur dans une ruelle, quelques larmes versées par un coeur trop sensible, un livre sur l'amour dégusté dans un pavillon japonais et même l'angoisse d'une copine que tu arrives à muer en sourire.
J'ai cherché d'où venait ton prénom : De « B E R » qui signifie « ours », que ses origines soient germaniques n'est pas pour me déplaire. Il te sied bien : force intérieure, courage de se battre contre l'adversité sans agressivité, calme, persévérance … A ton contact, je ressens ce calme et la puissante force que tu insuffles. Le totem de l'ours est vénéré pour ses pouvoirs gérisseurs et sages car il montre comment survivre dans des conditions difficiles et offre soutien et force morale. Il est une puissance de modération.
Sais-tu que la première femme à avoir reçu la Légion d'Honneur – et ce ne fut qu'en 2007 – portait ton prénom ? Je te la donne moi la Légion et même bien plus.
Alors tous ces petits riens qui font nos vies de tous les jours, mis bout à bout, font un grand collier que tu tresses à chaque instant, c'est avec tout mon amour que je les cueille pour te faire une belle auréole arc en ciel.
… Que nous nous retrouvions autour d'un verre, un crayon et un cahier à la main dans 10 ans.

1 commentaire:

  1. Mon coeur "grand comme ça" déborde et les mots, mes mots seraient tellement petits pour t'adresser un grand merci... et mes yeux, ils s'essaient à un petit sourire. Ils t'envoient soixante puissance exponentielle perles de rosée dans un matin frais de Bourdeaux.

    RépondreSupprimer