dimanche 28 mars 2010

Cher vous,

Cher vous,

          J'ai cru que je ne pourrais plus vous écrire,
          Mais je retrouve ma plume quel bonheur Pierrot me l'avait égaré.
          Morphé m'attendra je vais continer, puisque je sais maintenant comment tremper mon porte plume dans l'encrier.
          La nuit sera douce, puisque demain  je pourrais continuer.
          Bonne nuit cher vous  me voilà apaisée.

Jeannine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire