lundi 19 décembre 2011

Magie rare naît de rien

 


Une nappe blanche,
sur les assiettes des huitres vert-océan.
Couverte de buée
une bouteille de vin blanc.
Deux verres.
Une table presque vide.


Ils sont de retour
à nouveau face à face.
Une fête simple
pour un événement impensable.
C'est lui qui saisit la première huitre,
Une créature élégante et diaphane, sensuelle
comme pénétrée par ses souvenirs.


Il la regarde longuement,
puis contemple sa femme
qui déjà avale l'animal cilié
du Giacometti charnu.
Te souviens-tu, lui dit-il
lorsqu'entre 1983 et les histoires d'eau,
nous avons passé cette semaine à Arcachon ?
Déjà les coquilles vides s'entassent,
entremêlées, leurs pauses lascives
évoquaient un couple après des ébats amoureux.


Vin et paroles circulaient
Seul le temps était éternel.


En fin de repas
Elle n'était qu'une petite statue fondante.



5 commentaires:

  1. génial génial génial !!!! j'en reste sans voix, drôle, subtile, humour à plein poumon, écriture diaphane et charnue à la fois.

    RépondreSupprimer
  2. maggierar, nez de rien, très beau titre

    RépondreSupprimer
  3. j'ai voulu tenter par mon titre une anagramme d'itinéraire imaginaire, en trichant certes un peu, 3"i" en trop, abandonnés, et le rajout d'1 "d", mais bon, j'ai essayé

    RépondreSupprimer
  4. Que c'est bon de te retrouver gourmande , épanouie et drôle

    RépondreSupprimer