lundi 31 janvier 2011

Photos 11 et 12

encore couverts de nuit
ruisselant de la source
les oiseaux balbutient
des mots porteurs de jours
ils désertent l'azur
tiennent en lisière
les nuées infécondes
pénètrent la fenêtre
et dissertent à mi souffle

la main aux étoiles écrit

quand le vol se fracasse
l'essentiel se brise
la main  de nuit trébuche
sur un songe sans langue
la main nue écharnée
ne délivre plus rien
la main de chardon sec
s'achemine tranchante
 vers son puits de mutisme

1 commentaire:

  1. Mais ta main n'est pas prête à se chardonniser, n'est-ce pas ?

    RépondreSupprimer