mardi 11 janvier 2011

au secret



les toiles d’araignées
enrobant les mains

le réel

le principe

qui se tient d’abord
en embuscade
puis tombe soudain
sur nous

le silence

la racine du rite



(12)




les grandes louves
au bout de la scène

qui enseignent
à leurs enfants
une variété de noblesse

les assortiments
d’impatience
et de détachement

les bouquets
de fleurs blanches
se débattant
dans les cascades


(36)



plus particulièrement pour marie-pierre, puisque ce sont les numéros qu'elle a choisis,
et pour franck, puisqu'ils ont le même prénom.



1 commentaire:

  1. j'ai mis un moment à comprendre que je n'avais pas le même prénom que franck, mais tout à coup ce fut l'éblouissement ! En tous cas merci gentille Natô

    RépondreSupprimer