samedi 2 juillet 2011

Feuilleton (suite)

Episode 3 … suite... in « Train de nuit pour Lisbonne » P Mercier


Parfois, je m'endors par pure satiété. S'endormir est dangereux, il est rare que je me réveille rafraîchi et heureux des changements. En règle générale, ce que je trouve à mon réveil, en moi et à l'extérieur de moi me contrarie. Parfois, je sursaute avec effroi et je pense : le train peut dérailler à tout moment. Oui, la plupart du temps cette idée me fait peur. Pourtant, en de rares moments chauffés à blanc, elle me traverse comme un éclair bienheureux... Le voyage est long. Il y a des jours où je souhaite qu'il n'ait pas de fin. Ce sont des jours rares, précieux. Il y en a d'autres où je suis content à la pensée qu'il y aura un dernier tunnel, où le train s'immobilisera pour toujours.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire