dimanche 10 juillet 2011

les chamoiselles s'amusent










chut chut un bus prisonnier, des des


pauvre bus immobilisé contre la maison «regarde il a le flanc tout égratigné, on dirait qu’il est blessé»


murs-murs, bus sandwichs. Gris gri-


«c’est sa première sortie» le jeune chauffeur novice balaie le rosier jaune accroché au balcon


-llages dans le village. Un bus rosier, arrach arrach-


le voici qui quitte le navire en détresse «il va avoir des problèmes avec son patron» et il photographie son engin coincé entre les parois


-eurs et sueurs, en soupes et en hires le chauffeur de bus, attent attent-


sans prévenir il déplace nos vélos (là au moins il maitrise), replie le grillage .. nous, on a juste peur que sa roue arrière tombe dans le trou du palier d’entrée, peur qu’il nous bloque dans la maison


-ion mauvais ions, bus vélos va tomber dans, trou trou-


«allez envoie ! envoie le bus !» : heureusement que le voisin est là pour nous tirer d’affaire


-trouilles, ouilles, et moque et ris du voisinage, nage nage... Elles sur leur bal-con con le chauf euh... rrrr


accoudées au bastingage, deux chamoiselles un brin moqueuses, de cette scène inédite se délectent, en riant, du spectacle, vivant, riant




5 commentaires:

  1. eh eh qui a écrit les phrases en italique et les phrases en normal ? à vous de deviner, les paris sont ouverts...

    RépondreSupprimer
  2. Je suppose qu'en italique c'est Natô (de toute façon il n'y a qu'une chance sur deux pour que ce soit l'inverse). Pour moi, ça ressemble à une chanson où ce qui est en italique serait la musique et le reste les paroles. C'est toujours sympa d'écrire et de déconner à 2

    RépondreSupprimer
  3. et non ! en italique c'est Lin, j'ai gagné mon pari Natô !!!

    RépondreSupprimer
  4. c'est facile à dire après, mais moi j'avais juste
    parce que le shhsshhh c'est toujours Lin qui les shushotte

    RépondreSupprimer
  5. Je l'avais bien dit que j'étais naïve, je tombe dans tous les panneaux, c'est certes un signe de bêtise mais peut-être aussi de jeunesse d'esprit. En tout cas, laissez moi le croire

    RépondreSupprimer