dimanche 7 novembre 2010

Le boucher

Un boucher prénommé Roger a pignon sur une place où ne se bousculent que quelques vieilles et encore, pas tous les jours, seulement les dimanches quand, un fichu sur la tête, après avoir fait leurs dévotions, elles se réunissent pour deviser de la pluie et du beau temps, du curé qui radote plutôt que de prêcher; avant de s'avancer d'un pas aussi peu gracieux que les déhanchements de leurs poules dans la cour, vers la vitrine de son magasin éclairé par un néon blâfard, pour regarder avec convoitise à travers le carreau qu'elles n'hésitent pas à essuyer avec leurs doigts déformés par des années de lessive à la main, pour l'une le boudin, pour l'autre les saucisses, la jambonnette et pour la plus riche d'entre elles les ris de veau, tout en lorgnant la porte que le boucher aussi replet que le cochon qui clignote au-dessus de sa caisse enregistreuse, ne tarde pas à ouvrir pour faire entrer le trio commandé depuis longtemps par la Berthe, qu'il liquiderait volontiers tant elle est exaspérante avec ses sempiternelles questions qui reviennent comme le refrain des poésies qu'il a apprises à l'école il y a bien longtemps et même que ce dimanche, il ajoute dans son for intérieur qu'elle s'est habillée à la diable, ce qu'il ne manquera pas de lui faire remarquer si elle devient trop assommante mais elle lui lance une oeillade en biais et lui un clin d'oeil goguenard, il se pousse pour laisser passer les trois femmes jacassantes, tente de s'effacer derrière son comptoir, n'y parvient qu'à moitié pour laisser dépasser un derrière proéminent boudiné dans un pantalon bleu et blanc, comprimé par la ceinture rouge du tablier rouge, c'est moins salissant, et commencent alors les jérémiades, les "mais qu'est-ce que vous avez mis dans votre jambon de régime, vous avez vu, il est tout rouge?", il faut dire que la Berthe, elle a la langue bien pendue et on dit même que chez elle, c'est elle qui porte la culotte, ce que ne renie pas son mari le croque-mort en baissant la tête, comme un chien triste, mais quand elle affirme avec la plus grande assurance que la jambonnette sent la javelle, il n'y tient plus, il quitte son tablier sans réfléchir, il lui saute au cou et il serre, il serre si fort avec la ceinture rouge qu'il chamboule tout dans sa boutique, le boudin, les ris de veau, jusqu'aux saucisses qui dégringolent lamentablement en un long rideau qui graisse haineusement la vitrine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire