dimanche 1 novembre 2015

La lumière dans le couloir

Un long couloir sombre dont on n'aperçoit ni début, ni fin, peut-être un tunnel. Un martèlement lointain, régulier qui va très vite se révéler être des pas.
Des bottes frappent le pavé, se rapprochent, le son s'amplifie. Dans l'obscurité profonde l'image se précise à peine. Je devine la forme d'un homme et d'un chien, sans doute un soldat et son chien. La résonance des pas emplit tout l'espace, ce sont maintenant les murs, le sol, le plafond qui réverbèrent le bruit des bottes. Une seule attente : le bout du couloir, un seul espoir : qu'une lueur enfin apparaisse. Il doit y avoir une fin à ce couloir, il faut qu'il y en ait une. La régularité, l'obstination de ce pas impérieux devient insupportable, le chien grogne. L'image s'éclaircit encore. C'est bien un soldat, botté, harnaché, arme à la hanche, pas martial et son chien prêt à bondir mais fortement retenu par une laisse. Tout au bout, là-bas apparaît une lueur. Les pas continuent à avancer, le martèlement à s'amplifier. Brusquement jaillit la lumière au bout du couloir. L'homme lâche son chien qui court vers la clarté, se jette dans la lumière. Le son martelé s'arrête aussitôt.
Le chien n'a plus ni laisse ni muselière et gambade au soleil. Toute rage tombée, il se roule dans l'herbe et court rejoindre des enfants qui font une ronde dans les cerisiers en fleurs.


1 commentaire: