mercredi 2 mai 2018

Les années terribles

Les années terribles :

Entre avril 1915 et juillet 1916, 1 million 200 000 arméniens sont massacrés, soit les 2/3 du peuple arménien

Dans la nuit du 29 au 30 décembre, Raspoutine est assassiné

Cette même année, la ferme de mes grands-parents - en l'absence de mon grand-père alors dans les tranchées de Verdun – brûle entièrement

Les femmes, durant cette période, vont connaître un bouleversement, se retrouvant bien souvent à la place des hommes (dans les usines, aux champs, sur les champs de bataille pour soigner les blessés …) contraintes de subvenir seules aux besoins du foyer dans des conditions où elles manquent de tout

Décembre : ceux qui restent « fêtent » le troisième Noël de guerre alors que les restrictions alimentaires vont de mal en pis

Après l'incendie de la ferme, seul un mur de pisé subsiste ; pan de mur que, deux générations plus tard, j'ai continué à dégrader en y prélevant régulièrement de petites quantités d'argile pour mouler la vaisselle de mes poupées

Le gouvernement allemand, allié militaire de la Turquie, censure les informations sur le génocide arménien

Soixante dix ans plus tard, ma mère épouse en secondes noces un arménien. Etait-ce réparer ?

Le 1° mai 1916, l'heure d'été est adoptée. C'est l'heure allemande

Dans les deux années qui suivent, la ferme est entièrement rebâtie avec les voisins, le cheptel multiplié pas deux, ma grand-mère engrossée. A son retour, mon grand-père reste mutique pour le restant de ses jours.

D'avril à juin ont lieu les pires massacres de Verdun. Elle reste l'année infernale, année charnière de la première guerre mondiale

Le 27 mai une loi provisoire de déportation autorise le gouvernement turc à détruire tous les arméniens

Le grand-père de mon futur beau-père, alors âgé de cinq ans, est enfermé ainsi que l'ensemble des habitants de son village, dans l'église que les turcs incendient. Son petit corps lui permit de se cacher dans le clocher et d'en réchapper

Dès la fin octobre ont lieu les premières déportations de main d'œuvre ouvrière

L'année terrible se répète quand, en 2005, une nuit, notre maison prend feu

En 1919 naît mon père alors que ma mère de dix ans sa cadette ne devait jamais avoir aucun souvenir de cette guerre-là

Le 1° avril voit la naissance du premier comité du Travail Féminin : elles fabriquèrent en quatre années, six cents millions d'obus et plus de six milliards de voitures.

L'année terrible se répéta dans les pires cauchemars qui longtemps m'ont tétanisée

Les femmes ont eu beau prouver leur égalité, elles n'obtiendront le droit de vote qu'en 1944

Ce furent des années patriotiques et Viviani sut faire appel aux femmes par des chants :



« Debout, femmes françaises, jeunes enfants, filles et fils de la patrie.

Remplacez sur le champ de travail ceux qui sont sur le champ de bataille.

Préparez-vous à leur montrer demain, la terre cultivée, les récoltes rentrées, les champs ensemencés.

Il n'y a pas, dans ces heures graves, de labeur infime.

Tout est grand qui sert le pays.

Debout ! A l'action ! A l'oeuvre !

Il y aura demain de la gloire pour tout le monde. »



Tout ça pour des clopinettes ! Puisque le bilan de la guerre pour les femmes n'est pas réellement positif, leur condition évolue peu. De retour de la guerre, les hommes retrouvent leurs places dans les usines et évincent ainsi les femmes de leurs postes.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire