mercredi 21 février 2018

"L'arbre en ville"

Un intermède entre les cimetières et les voix qui montent de là-dessous. Eux, aussi les arbres, j'ai bien envie de leur rendre la parole. Alors, en cadeau de Bourdeaux, là où ils sont en liberté, j'ai pondu ça, sur une dernière consigne.

"Qui n'a pas descendu le cours Fauriel après le passage des élagueurs sans ressentir une profonde tristesse assortie de rage, n'est pas destinataire de ce texte. Deux longues rangées -oserais-je nommer cela « arbre » ?- de tristes rectangles plats alignés comme des soldats au garde à vous, meurtris, mutilés, traumatisés après une bataille perdue, à l'image des immeubles rectilignes, aux arêtes nettes tirées au cordeau, ou de rectangles de poissons panés tous calibrés à la même dimension, allongés dans leur boîte. La vie a disparu. Où sont passées la poésie, la fantaisie, la vie proliférante ? Quels oiseaux oseraient se poser sur ces poteaux rigides où pas un rameau ne dépasse ?
L'arbre en ville est le plus souvent taillé rigoureusement pour des raisons techniques ou prétendument esthétiques qui ne suivent que les désirs de l'homme. L'arbre n'a pas demandé à être taillé ; laissé à lui-même, il s'étale, s'épanouit, nous surprend par ses qualités d'adaptation et nous émerveille. Chaque année, malgré les blessures et les tailles traumatisantes que lui inflige l'homme, l'arbre se relève, bourgeonne, éclot, verdit, fleurit, foisonne, se met en effervescence, resplendit et murmure des feuilles.
Pourquoi deux arbres côte à côte n'entremêlent-ils jamais leurs branches ? Comment se transmettent-ils les informations ? Le livre « La vie secrète des arbres » de l'ingénieur forestier Peter Wohlleben ainsi que le beau documentaire « La vie secrète des arbres » apportent de nombreuses réponses.
Je ne peux m'empêcher de penser à la conférence passionnante que Gilles Clément (botaniste, paysagiste, entomologiste …) a donnée en novembre 2015 au Salon Tatoujuste à Saint-Etienne. Gilles Clément est fervent défenseur du mouvement naturel de la nature. Le mouvement est pour lui le premier principe que devrait respecter le jardinier. Là où l'arbre vit en toute liberté, en toute spontanéité, nous sommes fascinés par le génie végétal et émerveillés par sa beauté et sa puissance.
Gilles Clément a proposé à la Ville de St Etienne de cartographier les espaces publics ou privés entretenus ou abandonnés, crassiers, friches industrielles, bords de routes, talus de voies ferrées … Tous ces espaces de transition, les délaissés, lieux incultes constituent un excellent exemple d'espaces où l'homme abandonne l'évolution du paysage à la seule nature.
Il est le théoricien du tiers paysage. Le terme de tiers paysage se réfère -non pas au tiers monde - mais à un tiers-état et aux mots de l'abbé Sieyès : « Qu'est-ce que le tiers-état ? Tout / Quel rôle a t-il joué jusqu'à maintenant ? Aucun / Qu'aspire t-il à devenir ? Quelque chose ». Le tiers paysage nous incite à regarder le végétal sous un autre angle, à passer de l'idée d'abandon à celle de foisonnement de la vie et du génie végétal qui sans cesse invente. Si on le compare à tous les territoires soumis à la maîtrise et à l'exploitation de l'homme, c'est un espace privilégié d'accueil de la diversité biologique. Le tiers paysage est un réservoir génétique de la planète. Et pourtant, ce sont des lieux dévalorisés, considérés comme négligeables et laids.
Pourquoi ne pas tolérer un arbre naturel en ville ? Pourquoi ne pas laisser l'imprévu ? Gilles Clément plaide pour que le politique organise la répartition des sols de façon à ménager des espaces d'indécision ce qui revient à ménager le futur. Le professionnel de l'aménagement devrait inclure dans ses projets des parts d'espaces non aménagés et même désigner comme espace d'utilité publique les délaissés.
Ce génie végétal, les plantes l'ont mis au point depuis des millions d'années. Nous n'avons donc pas à paniquer à les laisser à leur spontanéité, à cesser de vouloir à tout prix les maîtriser. Les jardiniers ont un rôle plus important à jouer que d'utiliser leurs technologies destructrices, celui d'accroître nos connaissances du milieu et d'être les magiciens qui permettront à nos villes de se libérer de l'asphalte pour laisser place au vivant, aux inventions de la vie, au génie des arbres."


Rédacteur : « FLAC » Front de Libération des Arbres Citadins


Petite bibliographie de Gilles Clément :

Le jardin planétaire
Une écologie humaine
Toujours la vie invente
La sagesse du jardinier
La dernière pierre
Terre fertile ….


2 commentaires:

  1. Drôlement intéressant tout ça et plein de vie sauvage

    On peut aussi lire La Haine de l'arbre d'Alain Baraton, jardinier de Versailles, né un 10 septembre, et dont je tiens le livre tout petit à votre disposition.
    Dans les cimetières aussi, les arbres, et certains aussi immortels que nous ! Merci pour cet intermède !

    RépondreSupprimer
  2. J'adore "les espaces d'indécision"! : j'irais volontiers y rêver...

    RépondreSupprimer