vendredi 6 octobre 2017

CARTOGRAPHIE #1


Dans l’atlas d’écolière de ma mère. « C’est ma géographie », dit-elle. Les pages en lambeaux, les écritures et les illustrations très noires, très fines sur les feuilles jaunies. La page des races : la rouge, la jaune, la noire, la blanche. Le monde y est plat disposé dans 2 cercles, à gauche les Amériques à droite l’Europe, l’Asie et l’Océanie qui fait ce qu’elle peut pour ne pas disparaître. Le Pôle Nord, pelure d’orange écartelée. La France, centre du monde. Et la géographie de ma mère à jamais cartographiée dans les couches profondes et la géologie de mon cerveau.

Cartographie #2

Un puzzle en plastique du continent Africain. Des pièces aux couleurs vives rouge jaune vert bleu, le dessous, blanc jauni. Des ergots fixent la pièce dans le socle ; se cassent souvent, rendent les pièces flottantes. Je me souviens de la forme étroite de la Somalie bleue. De Madagascar, comme un bateau rouge qui prend le large. Des martyrs de l’Ouganda, de la Libye et de l’Egypte à la frontière commune taillée droit et d’un petit pays jaune en shed. Une carte qui apprenait des noms de pays, mais ne disait rien ni des esclaves ni de la gomme arabique.

merci au blog Les Beaux dimanches pour la photo du puzzle.

1 commentaire:

  1. "à jamais cartographiée dans les couches profondes et la géologie de mon cerveau" très juste, la formation de la perception par les premières émotions, on ne peut mieux le dire!!!

    RépondreSupprimer